L'ACTIVITÉ PHYSIQUE, LE STRESS THERMIQUE ET LE DIABÈTE

Bien que l'été soit officiellement terminé, le stress dû à la chaleur peut encore compromettre la santé et la performance lors de l'activité physique et/ou du travail. En effet, même dans des conditions tempérées, l'activité physique fait en sorte que le corps produit une quantité excessive de chaleur provenant du métabolisme, ce qui peut élever la température de notre corps et exercer une pression supplémentaire sur le cœur. Cette menace pour la santé et la performance est particulièrement grande pour les personnes âgées, qui, comparativement aux jeunes (18-30 ans), ont une capacité réduite de perdre l'excès de chaleur du corps en dilatant les vaisseaux sanguins de la peau et par la transpiration. Ces diminutions de la capacité de l'organisme à rester au frais s'aggravent avec l'âge et se sont récemment révélées encore pires dans le nombre croissant de Canadiens atteints de maladies chroniques comme le diabète de type 2. En effet, par rapport aux personnes âgées en santé, les patients âgés atteints de diabète de type 2 souffrent d'une réduction significative de la capacité de leur corps à perdre de la chaleur pendant une activité physique modérée à vigoureuse, ce qui les rend plus chauds. 


Heureusement, les chercheurs de l’Unité de recherche humaine et environnementale (HEPRU) de l'Université d'Ottawa continuent d'élaborer des stratégies pour assurer notre sécurité et optimiser notre rendement lorsque la chaleur est au rendez-vous. Leur laboratoire, situé au cœur du campus du centre-ville de l'Université, possède des installations uniques qui permettent la simulation contrôlée du stress thermique. Ils utilisent également le seul calorimètre direct au monde; un appareil capable d'effectuer des mesures très précises de la capacité du corps à perdre de la chaleur, ce qui permet aux chercheurs de faire des observations détaillées sur la façon dont des conditions de santé comme le diabète modulent notre réponse au stress thermique. Dans leurs travaux les plus récents, qui ont fait l'objet d'articles dans l'une des plus importantes revues médicales du monde, The Journal of the American Medical Association (JAMA), ils ont élaboré et testé un protocole d'entraînement thermique de sept jours conçu pour améliorer la capacité du corps à perdre de la chaleur pendant une activité physique. Cette étude était la première du genre à montrer que si le diabète de type 2 peut altérer la capacité du corps à perdre de la chaleur pendant l'activité physique, ces altérations peuvent être compensées après cette intervention. 


Si vous souhaitez aider les chercheurs de HEPRU à continuer à développer des stratégies pour combattre la chaleur en vous portant volontaires pour participer à l'une de leurs études ou pour obtenir des conseils sur la façon de faire face au stress thermique pendant l'exercice ou au travail, vous pouvez consulter le site www.hepru.ca. Ils sont à la recherche de bénévoles de tous âges (18-80 ans), inactifs et physiquement actifs, avec ou sans problèmes de santé chroniques. Tous les bénévoles admissibles reçoivent une évaluation gratuite de leur condition physique (valeur de 650 $). Pour plus de détails, cliquez sur ce lien ou envoyez un courriel directement aux chercheurs à l'adresse suivante : hepru@uottawa.ca

image8